L’histoire et les origines du Tango Argentin en infographie

Présentation chronologique de l’histoire et les origines du Tango Argentin avec une infographie permettant de suivre en un clin d’œil toute l’histoire du Tango le tout agrémenté de date et d’anecdote.Association Wintz’Tango (Wintzenheim,Colmar,Mulhouse,Alsace)

Histoire et origines du Tango Argentin en infographie :

Avec l’immigration massive vers l’Argentine le mélange de différents instruments et les pas de plusieurs danses traditionnelles du monde entier vont fusionner avec les rythmes et mélodies des payadores (chanteurs itinérants) et ceux des noirs des orillas (rives du rio de la Plata) pour donner naissance à une nouvelle danse populaire métissée spécifiquement argentine : la milonga
En raison du manque de femmes, 75% de la population est masculine, les hommes dansent entre eux en s’inspirant des leurs danses traditionnelles pour inventer des figures tout en imitant les danses locales et les danses cadencées des noirs, pour finalement donner naissance à la milonga canyengue (cadence en dialecte africain) qui devient ainsi le premier véritable style de tango dansé.
Le soir les hommes se rendent dans les zones mal famées des faubourg, où ils vont boire, frimer et danser avec les filles de joies au son de vieux piano déglingués ou de petits orchestres improvisés d’un piano, violon et guitare.

Histoire et origine du Tango Argentin en une infographie - association Wintz'Tango (Colmar,Mulhouse,Alsace)

Le véritable tango argentin naît ainsi dans des lieux de débauche évoquant le plus souvent la séduction de l’acte sexuel. C’est au cours de ces nuits que les premiers milongueros expriment leur virilité, leur machisme, mais aussi parfois, leurs nostalgie d’exil, leur peine de cœur et désirs inassouvis.
Petit à petit ils vont compliquer et codifier les pas simples et rapide de la milonga pour donner naissance au tango orillero enrichis de figures portées sur les plaisirs amoureux, sensuels voire des mouvements à connotation sexuelle, scandalisant la bonne société du centre ville.

1900-1920 Vieilles gardes I :

 

1903 : premier Grands Tango : « El Choclo »
Vers 1910 : Arrivée d’un instrument Allemand, le Bandonéon.
1912 : Premier orchestre à succès Juan Maglio dit « Pacho ».
1913 : Année du Tango. Le Tango s’exporte partout dans le monde.
Paris et l’Europe entière en tombent amoureux.
Avec la popularité du tango argentin en Europe, la haute société argentine a pris un nouveau regard sur la danse et s’y intéresse plus.
1916 : Roberto Firpo(interpreter) et Gerardo Matos Rodriguez(créateur-compositeur uruguyen) crées La Cumparsita (petite fanfare) le tango le plus connu au monde.
1917 : premier Tango Chanté par Carlos Gardel

 

1920-1935 Vieilles gardes II :

 

Deux grands courants se dessinent : d’un côté les partisans de la tradition et des musiciens plus novateurs axés sur l’interprétation musicale plus que sur la danse dans cete mouvance on retrouve Julio de Caro et Pedro Laurenz.

1935Juan d’Arienzo etRodolfo Biagi  créent un modèle plus rapide, avec un rythme « électrique » caractéristique que les danseurs trouvent complètement irrésistible.Le nouveau rythme « électrique » devient si populaire que même De Caro accélèrera le tempo vers la fin des années ’30

1935-1955 l’age d’or :

 

A partie des années 1935/40 les partenaires se rapprochent et dansent de plus en plus serrés et apparition de grands orchestres de plus de 20 musiciens.

 

  • 1935 « El día que me quieras » et « Tango Bar » avec Carlito Gardel
  • 1935 Mort de Gardel dans un accident d’avion à Medellin
  • 1935 D’Arienzo « El Rey del Compas » et Biagi au Chantecler, style plus marqué facilitant la danse
  • 1935 fondation de la SADAIC avec le soutien financier de Canaro
  • 1937 Troilo forme son orchestre
  • 1939 Pugliese forme son orchestre
  • 1939 Piazzola entre dans l’orchestre de Troilo
  • 1944 Salgan forme son orchestre
  • 1946 Premier orchestre de Piazzola
  • 1948 « Sur » de Manzi et Troilo
  • 1953 « A fuego lento » de Salgan

 

 

 

1955-1980 lent déclin du tango et période trouble pour l’Argentine :

 

les réunions der plus de 3 personnes sont interdites les bal et milonga se font donc de plus en plus rare. Dans les années 60 le Tango se marginalise et n’est plus dansé par la jeunesse qui se tourne vers le rock plus moderne et nouveaux.

 

  • 1958 octeto de Buenos Aires de Piazzola
  • 1959 « Bahia Blanca » de Di Sarli
  • 1960 Décés de Di Sarli en écoutant « Cornetin »
  • 1960 Quinteto Real
  • 1960 Piazzola forme le Quinteto Nuevo Tango
  • 1965 Bar de la rue Tucuman de Piazzola tango « moderne » et jazz
  • 1968 Balada para un loco
  • 1972 Troilo – Piazzola au Théâtre Colon
  • 1974 album Reunion Cumbre de Piazzola et Mulligan à Milan
  • 1974 Formation du Sexteto Mayor
  • 1975 mort d’Aníbal Troilo. Piazzolla « La última curda ».
  • 1976 De nombreux artistes s’exilent fuyant la dictature, notamment à Paris : Juan Cedron, Juan José Mosalini, Cortazar, Edgardo Canton

1980-2000 renouveau du Tango dans le monde :

 

Dans les années 80 nous assistons a un renouveau du Tango Argentin grace a des spectacles comme « tango argentino » et aux immigrants argentins ayant fuient la junte militaire.

 

  • 1982 Pugliese et Piazzola en concert à Amsterdam
  • 1982 Tournée de «Tango Argentino»
  • 1985 Pugliese au Théâtre Colon
  • 1985 Piazzola compose la musique du film de Solanas « L’exil de Gardel », il obtient le prix du Meilleur disque étranger en France. Nommé citoyen illustre de Buenos Aires.
  • 1996 Spectacle «Tango Pasión»

2000 à nos jours le Tango comme Art :

De nos jours le Tanog n’a plous a faire sa place il faite partie de notre culture musicale mondiale, c’est un style un Art a part en perpétuel évolution comme tout art qui se respecte.

 

Nuevo Tango, electro Tango, tango electronico : El Arranque, Orquesta Tipica Imperial, La Chicana, Gotan Project, Narcotango, Bajofondo,Plazia Franzia….